TÉLÉCHARGER UBUNTU 8.04.1 GRATUIT


24 avr. C'est parti pour Ubuntu La nouvelle version de la distribution Linux est disponible en téléchargement depuis ce jour, comme annoncé par. téléchargement ubuntu lts ubuntu, ubuntu lts ubuntu, ubuntu lts ubuntu téléchargement gratuit. Ubuntu "The Gutsy Gibbon", Ubuntu LTS "The Hardy Heron", Ubuntu "The Comme toujours, Ubuntu inclut le meilleur du logiciel % gratuit et .

Nom: UBUNTU 8.04.1 GRATUIT
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: Android. Windows XP/7/10. iOS. MacOS.
Taille:55.75 Megabytes

TÉLÉCHARGER UBUNTU 8.04.1 GRATUIT

Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter Actualités. Texte du commentaire. Oui les bugs existe sur linux et pas des bug minime , oui des obligations de formater il y en aura!! Ah l'informatique Premier truc qu'on a fait faire à un ordinateur "intelligent"?

4 juil. Ubuntu LTS: le déploiement peut commencer Ubuntu à télécharger Ubuntu à télécharger . Alors avant de critiquer, on essaie de remarquer que le produit (gratuit de surcroit) est sorti en temps et en. Après, il est prévu une (je ne sais pas pour quand). Il auraient peut-être Ubuntu a mis le paquet en pognon (CD gratuits, etc). > Pourquoi est-ce que. 29 avr. Salut, Pour que tout soit plus simple, essayes de démarrer ton PC sur le CD. Ne choisis pas directement "installer", mais plutôt "utiliser Ubuntu ".

Elle a été soutenue pendant 3 ans sur les postes de travail jusqu'au 12 mai et continue de l'être pendant 5 ans sur les serveurs jusqu'en avril Quelle version d'Ubuntu est actuellement installée sur votre ordinateur? Les changements notés ci-dessous font partie des évolutions observées depuis la précédente version stable, 7. Si vous désirez aider à améliorer Ubuntu, consultez les différentes façons de participer sur http: Modifier cette page Liens de retour. Fin de vie depuis le 09 mai Depuis le 09 mai , Ubuntu 8.

Elle ne profite plus de nouvelle mise à jour de sécurité et les paquets logiciels pour cette version sont déplacés dans des serveurs d'archive.

Pour continuer à recevoir des mises à jour de sécurité, veuillez mettre à niveau votre version d'Ubuntu vers une version activement soutenue. Nouveaux applets, dans le tableau de bord, pour indiquer l'état d'indexation de Tracker. Compiz en version 0. InkScape 0. Firefox en version 3. Télécharger des ubuntu-eee Sinon, cliquez sur ubuntu-eee EasyPeasy is a lightweight operating system for netbooks, designed for the Internet and low power consumption.

Traduction statut du Français. Serveur miroir info Canterbury, United Kingdom Europe.

Informations sur le fichier Taille du fichier ,, octets MD5 78a15c3dcb3ab0ce20b3da Où voulez-vous aller après? Bien avant l'existance d'Ubuntu.

hardy [Wiki ubuntu-fr]

Ça serait initialement développé sur Red Hat, que je ne serait pas du tout surpris. Mais Ubuntu fait comme si c'était eux qui avant inventé ça Un autre foutage de gueule: C'est peut-être vrai, mais Ubuntu n'a rien foutu dans ce domaine F9 fournira OpenJDK.

Et pour le support "entreprise", ben c'est "community support" La documentation de "Ubuntu Server Edition" est du "bonheur": A comparer avec la doc de RHEL: Sa mauvaise idée de synchroniser les distributions doit être aussi pour diminuer les coûts d'Ubuntu.

Je ne fais que de la spéculation, mais j'ai une forte impression que Mark Shuttleworth est très agacé sur l'aspect pognon. Certes, c'est beaucoup de boulot, ils ont même une GUI d'administration en gestation. Il maintenait la distribution K12Ltsp une des plus populaires au passage basé sur Fedora. A partir de Fedora 9, elle sera une saveur officielle sous le nom de K12Linux, en collaboration avec Warren Togami le père du projet Fedora originel pour ceux qui ne le connaissent pas.

Tu dis ça du point de vu d'un linuxien blasé qui connaît bien le système, qui sait ce qui est développé et proposé par les autres distributions La personne ou l'entreprise qui passe de la précédente LTS à cette nouvelle version passe donc du kernel 2. Après, si on met à jour tous les six mois, il est évident qu'il ne va pas y avoir à chaque fois de grosses révolutions, mais je suis néanmoins content de voir l'ensemble du système évoluer dans le bon sens.

Autre point important, les technologies "bleeding edge".

Se connecter

À la lecture de certains posts, nombreux sont ceux qui mettent en avant que certaines étaient déjà dispos depuis des lustres dans Fedora ou autre , et que ces même distros en proposent tout plein de nouvelles, qui ne font pas partie de cette version 8. Ben, personnellement, quand je vois que gvfs a encore énormément de bugs dans ses différents backends, et que certains n'ont même pas été portés depuis gnome-vfs Ou PulseAudio qui consomme énormément de temps processeur chez certains individus, dont le son est parfois hachuré ou dont toutes les applications ne disposent pas encore de plugins de sortie Sans oublier PolicyKit, qui n'a été intégré qu'à une application sur deux.

Et moi qui pensais qu'on pourrait éditer un fichier de conf en tant que simple utilisateur depuis gedit et que ce dernier nous demanderai notre pass root. Ben non, on s'en rend compte au moment de sauvegarder et il faut créer un fichier temporaire, puis faire un déplacement avec sudo. Idem quand on tente de copier des fichiers dans un répertoire dont on a pas les droits.

Sous OSX, une fenêtre nous demande le pass root. Sous Nautilus, on l'a dans l'os, et faut relancer ce dernier avec sudo Donc oui, on a de nouvelles technologies dans Hardy, mais à moitié finalisées, à moitié intégrées.

Il aurait franchement mieux valu déclarer la version d'octobre prochain comme nouvelle LTS. Rome ne s'est pas construit en un jour! Gnome-vfs était devenu un boulet et plus personne n'osait trop toucher au code.

Certes gvfs n'est pas bug-free mais gnome-vfs non plus , tout les backends n'ont pas été porté, mais on ne les a pas beaucoup vu les p'tits gars de Canonical.

Pourtant c'est une fonctionnalité majeure de cette LTS? Fallait vous attendre à quoi, gvfs a été développé en quelques mois par un seul homme Alexander Larsson et même pas à temps plein. L'utilisateur, il veut accéder à ses partages de fichiers sans problèmes dans son navigateur de fichiers, il veut pouvoir écouter du son dans son casque automatiquement. C'est à la distribution de s'en charger.

Ben, justement Canonical n'a pas fait son boulot, si il avait participé activement aux développements de ces nouvelles technologies, elles auraient peut-être finalisées et bien intégrées. À un moment, faut savoir se sortir les doigts du cul et se mettre à l'ouvrage. Marre de cette attitude de merde qui consiste à venir après la bataille et à se jetter des fleurs.

Quant on les écoute, on croirait qu'ils ont tout faits. Je suis conscient qu'une fois finalisés, gvfs, PulseAudio, PolicyKit Je suis également d'accord sur le fait que Canonical devrait embaucher plus de développeurs pour bosser sur Gnome et les technologies associées. En même temps, on les compare sans cesse à Red Hat, mais les moyens humains et financiers sont loin d'être les mêmes.

Je n'ai pas trouvé le chiffre d'affaire de Canonical, mais j'imagine qu'il est nettement inférieur aux millions de dollars de Novell et aux millions de dollars de Red Hat. J'espère néanmoins que ça s'arrangera avec le temps et qu'ils s'investiront plus. Je préfère y croire: Ensuite, même s'ils ne contribuent pas énormément aux projets en amont j'ai quand même vu passer quelques corrections de bugs sur gvfs ou autre, c'est déjà ça , ils ont quand même permis à de nombreuses personnes d'entendre parler de Linux, voir d'y passer, et ainsi apporter de nombreux nouveaux contributeurs potentiels.

Si ils ont améliorés leurs relations avec Debian, ils ont encore de gros problèmes à contribuer en upstream. Quant on corrige un bogue critique dans gnome-power-manager, ce serait bien d'envoyer un mail au mainteneur ou de proposer le patch pour que tout le monde en profite.

Comme l'a remarqué finement IsNotGood, Canonical a un discours plus aggressif, depuis près d'un an, Mark Shuttleworth a un discours moins consensuel, plus autiste si le libre réussit c'est grâce à Ubuntu, on trop génial, on ignore les autres. Au lieu d'avoir 4 ou 5 portes d'entrées, on en a une seule, on a l'impression qu'il y a plus de monde qui rentre qu'avant mais ce n'est qu'une impression.

De plus, Ubuntu est arrivé à une période charnière: RedHat, SuSE, Mandrake sont arrivés à une période plus difficile et avec beaucoup moins de moyens au départ.

Si était l'année charnière, pourquoi est-ce que RedHat, Mandriva et autres Novell n'ont-ils pas su prendre le coche comme l'a fait Mark avec Canonical? Pourquoi est-ce que RedHat a abandonné le poste de travail Grand Public?

Ubuntu 8.04.1 LTS : le déploiement peut commencer

Pourquoi est-ce que Mandriva n'arrive toujours pas à sortir la tête de l'eau? Si c'était si facile, pourquoi n'y ont-ils pas davantage cru? Que leur manquait-il donc pour se faire ainsi damer le pion?

Certe Ubuntu a démontré qu'il était possible de faire une distribution grand public. Cependant ce qui reste à démontrer, c'est la rentabilité commerciale d'une telle distribution. Tôt ou tard cette question se posera chez canonical Ptetre parce que certaines distrib n'ont justement pas à ce poser cette question pour combien de temps encore Les concurrents de Mandriva ne manquant pas de moyens ne manquent précisément pas.

Se focaliser sur Canonical permet juste d'éviter de se remettre en question. Excellente question. Déjà, il faut dire qu'Ubuntu a admirablement joué sa carte. Ceux, installés, qui suivaient cette mutation par exemple en mettant une appli par défaut, en virant des options de geek, etc , choquaient les vieux utilisateurs et se prennaient une volée de bois vert.

Ubuntu est arrivé "clean", sans passé. L'autre chose, est que Fedora ou Mandriva ou OpenSuse ne jouaient pas sur le même tableau qu'Ubuntu et ce n'est toujours pas le cas. Ubuntu était épurée pour ne pas dire minimaliste. Fedora et OpenSuse étaient riches. Mandriva est riche et cible plus les "newbies" que les deux autres. Mais ce n'est pas Ubuntu. Mais dans Xandros, Linspire, etc. Je dis ça pour remettre le contexte. Ubuntu a mis le paquet en pognon CD gratuits, etc.

Pas exemple Red Hat n'a jamais fournit mp3, alors comment faire pour affirmé que Red Hat a ciblé le grand public? Red Hat ne l'a jamais fait. Et Red Hat a annoncé ne pas y aller avant Red Hat cible et a ciblé de desktop d'entreprise.

Bien au contraire. Ça a demandé des tonnes de boulot et ce boulot ce n'est pas Ubuntu qui l'a fait en majorité loins de la. Enfin il faut arrêter de présenter Ubuntu comme un succès. Ou alors quel succès? Ubuntu n'est pas rentable et on voit mal comment Ubuntu va être rentable à moyen terme.

Il serait très naïf de croire que Mark Shuttleworth va dépenser son pognon indéfiniment. Ubuntu va retrouver les mêmes difficultés que par exemple Mandriva. Être mignon et populaire en dépensant des millions doit être assez facile.

Par contre créer un buziness est beaucoup plus compliqué. Si Mandriva avait le même pognon qu'Ubuntu a investir, Mandriva serait probablement aussi populaire. Du pognon? Tu parles de richesses en matière logicielle: Quant au moyens dont dispose Mark, c'est un avantage, certes mais ce n'est pas une fin. Je trouve qu'il est un peu facile de résumer la réussite d'Ubuntu à la fortune de Mark et à la distribution de CDs pressés. Mandriva a eu les moyens dans le temps mais n'a surtout pas su investir convenablement pour en tirer un marché lucratif.

Je serais curieux de comparer les moyens investis par la Fondation de Mark pour sponsoriser Ubuntu avec les moyens investis dans Mandriva voire avec RedHat, Novell par les différents actionnaires. Je pense que ça pourrait remettre les choses à plat. Pour ce qui est de Canonical, je ne me fais pas trop de soucis pour ce qui est de trouver ce s marché s.

Sans m'avancer sur la somme des moyens mis en oeuvre d'un côté ou d'un autre, il y a aussi la période qui est déterminante. Ubuntu est arrivée à un moment où "faire du Linux" était probablement plus facile et plus porteur que pour les distributions plus anciennes au moment où elles se sont lancé. Et donc? Faut sortir du monde des bisounours. Je suis désolé pour Mandriva mais on ne peut pas non plus cajôler une entreprise qui a eu autant de redressements Il y a également eu un problème de gestion de leur part.

Où vois-tu une telle tonalité dans mes propos? Je me contrefiche de la distribution qu'utilise un autre linuxien tant qu'elle lui convient et tant qu'elle pousse au maximum le libre C'est seulement maintenant qu'Ubuntu cherche a être plus "riche". Par exemple l'installation directement sur lvm ou raid existe dans Fedora depuis des lustres.

Fedora a très tôt supporté ipv6, etc. Au début de Ubuntu, cette dernière tenait sur 1 CD. Ubuntu ne proposait que Gnome. Fedora a plein de truc pour la sécurité. C'est seulement maintenant qu'Ubuntu s'y met. Au-dessus, tu peux remplacer Fedora par Mandriva ou OpenSuse, globalement tu retrouve la même chose. Je ne l'ai pas résumé à ça et j'ai dit: Pour Red Hat je ne crois pas.

Red Hat a commencé a faire des bénéfices en Quand je parlais des comparaisons de richesses logicielles, je ne voulais pas que tu parles d'avant-hier, mais d'aujourd'hui. Je me contrefous de KDE.

Xubuntu "Hardy Heron"

Pour cela, il y a une distribution dérivée nommée Kubuntu pour ceux qui préfèrent KDE. Tant mieux pour eux. À force de créer des distrbutions trop généralistes, on en perd un peu en intégration et en cohérence. La seule chose que je ne comprends pas pour Kubuntu, c'est cette persistance à vouloir suivre le même calendrier de publication Mais comme tu peux le constater, si on active tous les dépôts universe, multiverse , on a pratiquement accès à toute la logithèque libre, comme sous les autres distributions: Tu parles de la Ubuntu foundation fantôme?

Le marché était plus favorable en qu'en , mais je suis d'accord que la gestion de MandrakeSoft était assez spéciale. Ils ont survécus parce qu'ils ont fait des bons choix, et qu'ils y ont toujours cru. RedHat a abandonné le produit desktop [1] car il n'était pas rentable et force est de le constater qu'il ne l'est toujours pas à l'heure actuelle. D'ailleurs Canonical s'est recentré sur le marché des serveurs car les revenus du desktop sont quasi inexistantes.

Ubuntu est devenu populaire, Ubuntu a gagné des succès d'estime avec Dell, mais Ubuntu n'est toujours pas rentable pour son créateur. La com' de Canonical est devenu très agressive, on est très loin du blabla bisounours-esque des débuts.

Quant à Mandriva d'un côté, tu as une petite PME en difficulté financière, de l'autre une start-up avec un milliardaire derrière et qui envoit gratuitement des CDs pressés. D'un côté, tu as Mandrake avec un passé chargé, de l'autre un nouveau venu qui joue sur le prestige de Debian la distribution supaire bien et supaire difficile à configurer, Ubuntu étant vendu initialement comme la Debian simple à configurer.

Le résultat n'était-il pas couru d'avance? Bien sûr, il est plus facile d'arriver quant tous les composants essentiels à un bureau libre sont disponibles que d'arriver avant et d'avoir justement à les développer. Et le principal reproche fait à Canonical est qu'en 4 ans, ils n'ont pas su se défaire de cette attitude de parasite et qu'en même temps, ils s'adjugent le mérite du travail des autres. Ce qui leur est reproché, ce n'est pas le fait de réutiliser le travail des autres c'est les règles du logiciel libre et tout le monde est encouragé à le faire mais qu'ils s'en attribuent le mérite chose qui est très mal vu dans le logiciel libre.

Cela a eu un prix, une dérive sur les valeurs du libre, par exemple, à force de leur marteler cette connerie, les fanboys d'Ubuntu croient dur comme fer que les pilotes propriétaires sont une fatalité et que les pilotes libres sont intrinsèquement de qualité médiocre.

Certes, la communauté Ubuntu a permis l'expression de nouveaux contributeurs mais ils l'auraient très probablement fait ailleurs. Red Hat ne s'intéresse pas, et ne s'est jamais intéressé ou que de très loins , au desktop grand public. Tu veux du desktop Red Hat? Evidemment, on peut aussi prendre une CentOS. C'est pour entreprise et pas pour "kéké".

De même Red Hat Linux 4. On a eu si j'ai bonne mémoire: Mais pas une offre grand public. RHL n'a jamais été vraiment abandonné. RHL était non-rentable, mais Red Hat en avait besoin pour les développements, etc. Fedora est la suite de RHL mais pas vraiment en même temps. Il n'y a pas de vente avec Fedora, il n'y a pas de vente de support, etc.

Red Hat a toujours été dans le desktop mais pas le desktop grand public. Les RHL n'étaient pas Desktop? Elles proposaient pourtant par défaut, fvwm2, à l'époque où Windows 95 n'en était encore qu'aux balbutiements. Ça n'a pas empêché des professionnels avertis d'installer des postes de travail sous Linux à une époque où il fallait bien choisir son matériel, à une époque où il fallait configurer XFree86 à la main, à une époque où il fallait demander aux clients de monter les disquettes et ils retenaient la leçon, les bougres.

J'ai dit ça? Tu peux utiliser Fedora en entreprise. Ça n'en fait pas une offre entreprise. Dans leurs communiqués, Red Hat dit qu'ils sont les meilleurs, blablabla, que leur OS est super, fait économiser des millions et blablabla. Mais Red Hat ne s'appropie le travail des autres.

Red Hat dit seulement qu'ils sont un important contributeur au libre et sont impliqués dans le "mouvement" logiciel libre. Le plus gros contributeur à Gnome est Red Hat. Ce n'est pas devenu le bureau Red Hat, Red Hat ne prétend pas diriger le développement de Gnome, mais seulement y participer.

Ce n'est pas de la modestie chez Red Hat, c'est seulement un fait.

Red Hat sait aussi parfaitement ce qu'il doit à la communauté. Red Hat est le plus gros contributeur à Linux le noyau , mais Red Hat ne se l'approprie jamais. Il n'est même pas des 30 premiers